Voici ci-dessous notre vision du cheval et de la relation « humain-cheval ». Il existe une grande diversité de visions, d’approche du cheval. Niersant, notre lieu, est l’exemple vécu et la démonstration de ce mode de vie, de ses avantages et aussi de ses défis et challenges. Cette page va progressivement être étoffée de références bibliographiques, vidéos

Concrètement, nous proposons dans ce cadre une Pension pour chevaux, du parage naturel et des formations/stages et activités. Voix et Equi-Libre propose des activités pour enfants et ados, et des stages de vacances scolaires. Nous sommes régulièrement interpellés pour l’accueil de vieux chevaux. Voici ce qui est possible.

Le cheval est un miroir extraordinaire de nos émotions et ressentis. Nous vous proposons des séances de communication/interactions avec le troupeau ou chez vous, avec votre animal. Ceci est à bien différencier de la communication intuitive avec les animaux, sur laquelle nous précisons notre point de vue ici.

Notre philosophie se traduit par une charte, une série d’engagements de chacun vis à vis des chevaux présents dans nos installations. Ces engagements concernent :
– notre équipe, nos stagiaires et bénévoles
– les propriétaires,
– les professionnels (vétérinaires, dentistes, pareurs, autres soignants et ostéopathes, enseignants, hippothérapeutes et coachs, partenaires divers…)
– toute personne qui vient participer à une activité, organisée par nous-même ou un de nos partenaires

La vie du cheval, en troupeau, en liberté…

Le cheval est avant tout un être social, la qualité et la diversité des interactions avec son entourage sont primordiales à son bien-être. Au sein du troupeau, des groupes ou « familles » s’organisent suivant les affinités de chacun. Tout cela nécessite une organisation spatiale permettant aux membres des groupes de manger ensemble, et à chaque groupe de mener sa vie, ainsi que des aires de repos et de jeu en suffisance et de taille adaptée aux groupes.

Le cheval se nourrit idéalement de fourrages grossiers, ingérés lentement (slow feeding). Il passe idéalement une majeure partie de son temps à manger. Il faut donc des points de nourrissages en grand nombre, réalisés de manière que le cheval ait accès en permanence aux fourrages, mais qu’il ne puisse se « gaver ». Une attention particulière est portée à la dentition du cheval. Certains chevaux nécessiteront toutefois une surveillance particulière, et soit une restriction alimentaire, soit un complément.

Le cheval est naturellement un animal de mouvement. Par l’organisation de l’espace, par la diversité de zones de parcours, de repos, de jeux,… , par la mise en mouvement du troupeau, nous le faisons bouger plusieurs fois dans la journée

Le cheval en interaction avec l’humain

Le cheval présente une sensibilité extrême de la peau, de la bouche, du dos. Il réagit à la présence d’une mouche. En même temps, il peut lors de jeux avec ses congénères, lécher, mordre ou mordiller avec une intensité qui ne nous serait pas agréable, et en tirer visiblement un grand plaisir (self grooming). Il est donc très conscient du « sens » du toucher qui lui est appliqué. Voir entre autre cette video sur le pansage.

Les interactions entre chevaux montrent aussi une grande sensibilité du regard, une adaptation aux circonstances et à l’intention des autres à distance. Il montre une très grande intelligence sociale et émotionnelle, une vigilance, curiosité et attention face aux autres sortes d’animaux, et face à l’humain. Il a une excellente mémoire.

Le cheval est donc bien un être vivant, sensible, intelligent. La collaboration avec lui passera par un respect mutuel, à construire de part et d’autre. Nous sommes à mille lieues de la vision de l’humain dominant le cheval de travail, de mine, de foire, de l’humain instrumentalisant le cheval pour son sport, sa compétition, son plaisir. Dans la pratique médicale vétérinaire, le respect de la personnalité du cheval est un fondement.

Un cheval contraint, forcé, se tend musculairement, il réagira plus violemment aux contraintes, notamment à la selle, et étant tendu, sera plus vite atteint de crampes, de douleurs, voire de boiteries…

Par contre, en respectant sa disponibilité mentale et physique, vous trouverez un compagnon, un partenaire, généreux, franc, sensible,…

Code de conduite

Nous respectons ceux qui ne choisissent pas le même mode de vie et la même approche du cheval, mais il n’y a pas de place chez nous pour deux modes de vie différents. C’est pourquoi notre philosophie se traduit par une série d’engagements et un code de conduite concret

  • En arrivant chez nous, le cheval est pied nu et n’est plus monté avec un mors. Nous sommes à votre disposition pour réaliser ces transitions
  • Gestion collective du parasitisme (incluse dans la pension)
    • Avant l’arrivée du cheval, un bilan coprologique est demandé au propriétaire.
    • La présence des vers est partie intégrante de la vie et du cycle alimentaire du cheval. Nous vérifions périodiquement l’équilibre individuel et du troupeau, par une évaluation de l’état corporel de chaque cheval (embonpoint/maigreur, aspect du poil et des muqueuses, entrain et moral du cheval) et une analyse coprologique. Nous mettons à disposition des minéraux, et nous donnons des plantes et/ou extraits de plantes vermifuges.
    • Si nécessaire, à titre curatif, un vermifuge individuel sera proposé par votre vétérinaire ou par nous, de manière exceptionnelle, avec les mesures d’accompagnement nécessaires pour éviter l’écotoxicité des molécules administrées et la création de résistances des parasites aux différents médicaments (Ce traitement n’est pas compris dans le prix de la pension)
  • En liberté, dans le troupeau…
    • Pas d’excitation des chevaux par la présence de chiens qui considéreraient les chevaux comme leur jeu (voir par ailleurs notre page sur les chiens à Niersant)
    • Bonbons, carottes, pain, herbe… s’ils sont donnés en piste ou en prairie, ou à travers une clôture peuvent être une source de conflits entre chevaux, même simplement lorsque les chevaux les sentent dans vos poches. Ils seront donnés uniquement de manière individuelle (boxe)
  • En piste et en extérieur
    • Une approche douce, respectueuse, à l’écoute du cheval et de sa disponibilité. Si le cheval montre clairement qu’il n’est pas disponible, l’humain s’engage à respecter cela et à ne pas amener le cheval dans une zone d’inconfort. L’humain et le cheval établissent une communication (et complicité) à pied.
    • Avant d’être à cheval :
      • Respect de la musculature du cheval (massage, selle et/ou tapis adapté), poids du cavalier et durée du travail adapté à l’âge et à la stature du cheval.
      • Conscience du corps pour l’humain et travail corporel avant d’être à cheval.
      • En cas de malaise « à cheval », redescendre calmement pour résoudre la situation
    • Le cheval étant un partenaire, et non un objet, la communication avec le cheval se fera toujours de manière respectueuse et non douloureuse. Rappelons nous qu’il est vain de s’imaginer contraindre une masse musculaire de 400 à 600 kilos, quelque soit la violence du moyen technique utilisé : concrètement,
      • Pas d’éperon
      • Pas de cravache
      • Pas de mors
      • Pas d’enrênement
      • Join up strictement interdit
      • Pas de stimulation continue dans le travail en cercle qu’il soit en liberté, à la longe , monté
    • Le cheval apprécie les récompenses. Celles-ci seront des caresses et des mots, pas des tapotements (comme nous humains, en fait).
    • Ok pour la réponse immédiate et proportionnée à un comportement inadapté. Nous n’autorisons pas la punition (réponse violente, longue et non proportionnée au comportement du cheval, généralement réalisée par l’humain en colère…) (Exemples : frapper, cravacher, contraindre à reculer longuement, ou attacher court…)